Pont Cassé


Nombreux sont les La Hulpois qui se souviennent du "Pont Cassé" pour y avoir joué, et même pour s'y être baigné dans les eaux (claires?) de L'Argentine dans leur jeunesse. Le pont qui se trouve derrière le terrain de rugby dans le sentier qui relie la rue Adèle à l'avenue Ernest Solvay a été détruit  pendant la guerre, d'où son nom de "Pont Cassé". La petite réserve naturelle avoisinante avec sa mare a tout naturellement reçu le même nom. Il s'agit d'un bassin d'origine incertaine mais probablement  naturelle situé à un niveau supérieur de celui de l'Argentine.


L'ouvrage  de vidange est constitué d'un moine en béton obturé par un triple batardeau en planches. Il est raccordé à l'Argentine au moyen  d'un tuyau enterré sous la berge.

Le Contrat de Rivière Argentine (CRA)  a construit le moine en 1996-1997 après un curage approfondi de la mare et ses environs. La construction du moine s'inscrivait dans le cadre de la création d'une promenade le long de l'Argentine à la plaine Solvay. Une promenade entièrement conçue par le CRA. Le projet portait sur l'aménagement de la mare existante et la création d'une nouvelle mare chaude à biotope différent, qui n'a pas été réalisée. Toutes les deux auraient la vocation de mare biologico-didactique. C'est pour maintenir le niveau d'eau dans la mare existante durant toute l'année que la construction d'une vanne (moine) s'imposait au préalable.

Les volontaires du PCDN ont nettoyé la mare et son moine en 2014. Ils ont constaté que le niveau d'eau était anormalement bas et la situation ne s'est pas améliorée après l'hiver, malgré les fortes pluies. Une étude du CRA, menée en automne 2015 a déterminé qu'il n'y avait pas de fuite autre que par le moine qui devait être rendu étanche. Les volontaires du CRA  ont exécuté les réparations nécessaires et le niveau de la mare s'est rétabli, avec un petit apport d'eau pompée dans L'Argentine, à temps pour que les batraciens puissent venir s'y reproduire au printemps 2016. En cette saison la mare et son petit bois offrent une vue très agréable au promeneur, grâce notamment à l'ail des ours (allium ursinum) qui y pousse en profusion. 
  
Au mois d'avril 2016 le CRA et le PCDN ont entamé crée une station expérimentale de la lutte contre la renouée asiatique sur le site, près du centre sportif. Cette plante invasive envahit la berge gauche de L'Argentine et élimine toute la biodiversité qui s'y était installée naturellement.
La méthode adoptée fut le bâchage, nous imposant jusqu'au au printemps prochain la  vue d'un géotextile fixé dans le sol par des fers d'ancrage, le temps d'étouffer l'invasive et de replanter la berge d'arbustes indigènes sélectionnées pour leur  capacité à concurrencer avec la renouée. Un panneau didactique de 80 x 120 cm a été apposé sur le site.